Les cinq étapes

Qui n’a jamais vécu un deuil ou une rupture ? Oui, parce que pour moi, une rupture, sentimentale ou amicale, est identique à un deuil. Du coup, on peut clairement parler des cinq étapes du deuil, mais avec une relation qui prend fin… Aujourd’hui, et avec pas mal de recul, j’ai décidé de vous parler de mon expérience personnelle. De la rupture la plus compliquée que j’ai pu vivre jusqu’à maintenant, mais sous forme des cinq étapes.

Contexte

Bien évidemment, on parle d’une longue relation qui à prit fin, brutalement au départ, et puis, petit à petit ensuite… Ce qui donne une relation qui a duré non loin de 6 ans au total. Je ne donnerai pas de prénom/nom ou quoi que ce soit. Mais je vous assure que c’est du vécu ! Du réel… Du concret ! Je vous demanderai donc de n’avoir aucun jugement sur cette période assez sombre de ma vie.

Les descente aux enfers à commencé le 01 Novembre 2015. Et c’est à partir de cette soirée, que j’ai traversé une à une, les étapes qui sont généralement associées au deuil, et à la perte d’un proche. Sauf que moi, je l’ai vécu après une relation amoureuse.

Le déni

La définition officielle du mot déni est la suivante : “refus de reconnaître une réalité traumatisante”. Du coup, je vous laisse imaginer, que j’ai refusé de croire que ma si belle relation, si passionnante et passionnée, allait se stopper du jour au lendemain. Comment ai-je fais pour passer au dessus de ce déni ? Et bien, je pense sincèrement que c’est le temps qui fait qu’on se rend compte des choses. Une fois que j’ai réemménagé chez mes parents, que j’avais perdu toutes mes marques, je crois que le déni s’était envolé. C’est vraiment très difficile de passer cette fameuse étape. Il faut s’entourer des bonnes personnes, car il s’agit de l’étape où l’on pleure vraiment toutes les larmes qu’on peut avoir ! On ne croit pas ce qui nous arrive, on se dit que c’est impossible… Lorsque vous arrivez à ne plus pleurer, vous arrivez donc à l’étape suivante…

La colère

Définissons ensemble ce mot pour commencer : “Violent mécontentement accompagné d’agressivité”. Remercions Google pour cet éclaircissement ! Cette étape est clairement la plus violente de toute. On est clairement énervé contre la terre entière. C’est de la faute de tout le monde si la relation a prit fin… Personnellement, j’en ai voulu à la terre entière. J’ai hurlé, j’ai écris de sales textos, j’ai embrouillé un ami d’avoir engrainer mon ex dans la rupture.. J’ai péter un plomb. Mais vraiment. Je n’arrivais plus à rien faire sans m’énerver. Et puis, évidemment, la première personne a en avoir prit pour son grade, c’était mon ex ! Je me suis perdue durant cette étape. Mais heureusement, pour ma part, elle n’a pas duré trop longtemps… Mais elle a donné sa place à la troisième étape, qui a été la plus longue pour moi.

La négociation

Entre les deux, j’ai perdu mon grand père. Donc, ça a été encore plus difficile à vivre. Mais passons. La négociation, c’est quoi ? “Série d’entretiens, de démarches qu’on entreprend pour parvenir à un accord, pour conclure une affaire”. Vous êtes d’accord avec moi, pour dire qu’il s’agit d’un second Déni, puisqu’on recherche à trouver des explications. Mais aussi des solutions pour que notre couple se reconstruise de nouveau. Personnellement, je savais que je “pouvais” recommencer une histoire avec Lui*. Les négociations ont duré un très long moment… Plus d’une année. Une année à se voir, se revoir, se perdre, se retrouver… Et puis, le stop. Définitif. J’ai très bien vécu la négociation parce que je pensais avoir le contrôle de la situation. Que j’étais la seule décisionnaire sur mes sentiments… Mais quand tout s’est réellement terminé… J’étais six pieds sous terre !

La dépression

Définition : “État mental caractérisé par de la lassitude, du découragement, de la faiblesse, de l’anxiét锑. Lassitude ? Je suis d’accord. On se lasse clairement de la situation, on en a vraiment marre de souffrir pour un homme, qui finalement ne vous aime pas. Le découragement ? Lui aussi est super présent. Personnellement, je n’avais plus envie de rien, plus envie de manger, de voir du monde, de faire quoi que ce soit… Concernant la faiblesse et l’anxiété, c’est ce qui a le plus touché ma dépression. Entre rendez-vous chez le médecin pour des anti-anxiolytiques et ma perte de poids phénoménale (20kg en quelques mois), j’étais vraiment à bout. Je ne savais plus vers qui me tourner, à qui parler… Rien ! J’étais en dépression. Vraiment. Et puis, un beau jour…

L’acceptation

Il s’agit du “fait d’accepter”. C’est une période qui dure très très longtemps cette acceptation ! J’ai vraiment accepté la rupture que deux ans après celle-ci. Je sortais enfin la tête de l’eau. Je vivais enfin pour moi-même. Et savez-vous comment j’ai su que j’avais enfin accepté la situation ? Un matin, je me suis réveillée, et ma première pensée n’était plus pour Lui*. Puis, la dernière n’était plus pour Lui*. Puis, quand je faisais des choses qu’on avait l’habitude de faire à deux, je ne souffrais plus. Puis vint le jour où, quand je le voyais, mon cœur ne faisait plus de papillons. La morale de cette étape ? Laissez vous du temps. Seul le temps pourra vous guérir…

Comment faire ?

Je ne suis pas une experte en la matière… Mais, voici quelques conseils pour passer le plus rapidement ces quelques étapes douloureuses. Déjà, soyez bien entouré ! Mais seulement de personnes qui vous veulent du bien. Sortez les personnes “poison” de votre vie. Ensuite, prenez du temps pour vous. Faites vous plaisir, faites vous joli(e), faites de bons petits plats, sortez, visitez des endroits que vous ne connaissez pas… Ne pensez qu’à vous ! Les autres passeront après. Ecrivez, lisez, faites uniquement des choses qui vont vous libérer l’esprit ! Croyez-moi, c’est ce qu’il y a de mieux à faire… Et surtout…

Redevenez vous-même !

Je suis également ici…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *